Vers l’ouverture prochaine du procès du 28 Septembre

574

Ce mercredi  1er Août s’est tenue la 1ère réunion du comité de pilotage de l’organisation du procès du 28 septembre 2009. La rencontre a eu lieu au ministère de la justice et avait pour objectif de poser les jalons pour la bonne organisation du procès.

Les 13 membres issus de la société civile, les partenaires techniques et financiers, les services de sécurité et les cadres du ministère de la justice ont pris part à cette 1 ère réunion. Une réunion qui s’est penchée sur tous les aspects devant faciliter la tenue effective de ce jugement.

Le lieu, le budget ou encore la sécurisation du procès ont été discutés. S’agissant du lieu le ministre précise:
《Je vous rassure que la décision n’a pas été arrêtée, des propositions ont été faites mais ce n’est pas en une séance que cela va se décider. Il faut 2 à 3 rencontres mais en septembre ça sera fait. Plusieurs lieux sont ciblés mais nous allons prendre le temps de réfléchir dessus. Garantir un procès juste et équitable reste la préoccupation de ce comité, affirme le garde des sceaux avant de définir le rôle du comité en ces termes:
《Le rôle du comité de pilotage est technique, nous préparons matériellement et financièrement le procès du 28 septembre. Le comité ne parlera pas des aspects juridiques, on est là pour qu’on puisse arriver à l’organisation d’un procès impartial, un procès qui tient compte du standard international en matière de justice》.

《Juger les responsables présumés de ces crimes va marquer une étape décisive, une étape importante contre l’impunité dans notre pays et au renforcement de l’État de droit dans notre pays》, ajoute en substance le ministre Sako.

Par ailleurs, une somme de 78 milliards de francs guinéens sera nécessaire pour la tenue de ce procès. Déjà les États-Unis et l’Union Européenne ont annoncé respectivement 900 mille dollars et 450 mille euros.
《Nous n’avons pas accès à ce fonds des partenaires. L’argent sera géré par un financier de l’ambassade américaine et un financier du ministère. Ils travailleront directement avec les personnes concernées》a martelé le garde des sceaux.

Pour rappel, les évènements tragiques du 28 septembre qui ont eu lieu au stade du même nom ont causé la mort de 157 personnes, plus d’une centaine de femmes violées mais également plusieurs blessés.



Avatar

Journaliste, Correspondante à Conakry


Commentaires

http-guineedirectinfos-com