Affaire des 21 millions de dollars à la Banque centrale, des zones d’ombre à éclaircir : Une épine dans les pieds des responsables de la banque

1523

Le 3 septembre dernier, les « GG » de la radio espace révélaient «  l’affaire des 21 millions de dollars ». Quelques jours après, les sites guinéens ont pris le relais en dénonçant cet imbroglio financier au sein de la plus grande institution bancaire de la république.

Le site Guinéenews dans un article publié le 3 septembre et signé par Louis Célestin, écrivait en introduction : « Vingt-et-un millions de dollars américains, c’est la somme qui vient d’être détournée  à la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG). La nouvelle est donnée par nos confrères de la Radio Espace lors de leur émission les ‘’GG’’ de ce lundi 3 septembre ». Dans le même ordre d’idées, une révélation faite par la lettre du continent, dénonçait une autre forme de détournement au sein de la banque centrale à travers un «  Circuit mafieux  de Placement de nos devises à des fins Privées ».

Pour balayer ces allégations, la banque centrale s’est seulement contentée de faire un communiqué. Et selon certaines sources,  une plainte serait déposée auprès des autorités judiciaires contre x, et qu’une enquête serait ouverte afin de retrouver l’auteur ou les auteurs de ladite lettre.

Par ailleurs,  pour démentir les mêmes faits, le site Guinéenews, dans un autre article publié le 16 Septembre dernier, qui s’intitule : « Guinée-Affaires de 21 millions d’euros : ces nouvelles révélations qui disculpent la Banque Centrale ». Le  site relate en ces lignes : «  selon des sources proches de la banque centrale dignes de foi, la société MSS, qui transporte toutes les devises de la banque de la banque centrale a pu faire verser sur les comptes à l’étranger 100% des dollars de 2014 à ce jour, soit un montant total de 262,30 millions de dollars. En revanche, sur les 315,35 millions d’euros transportés, MSS n’a pas pu encore verser 21 millions, en raison des impératifs de traçabilité des fonds, nous informe-t-on

En lisant entre ces lignes, l’on se rend que ces révélations ne disculpent en rien les autorités de la banque centrale, mais plutôt elles créent de nouvelle zones d’ombre dans cette affaire. Dans la mesure où, leur source parle du retard de versement des fameux 21 millions d’euros. Or, le même montant a été évoqué par la lettre du continent, cela voudrait dire qu’il y a, ou qu’il y a eu effectivement un souci autour de ce montant. Pire,  l’on constate que l’article n’a pas été signé, pourtant, relevant d’une enquête de terrain et d’une importance capitale.

En plus de cela, depuis le déclenchement de cette affaire, la banque centrale n’a tenue aucune conférence de presse afin d’apporter toute la lumière sur les faits.

Bien plus encore, l’état guinéen est aujourd’hui incapable  de nous dire sans aucune ambivalence le nom ou les noms des personnes qui seraient derrière cette lettre.

Pour beaucoup d’observateurs, l’ancien employé de l’homme d’affaire mauritanien Antoumani Sy  cité comme auteur des troubles, serait qu’un bouc émissaire. En attendent l’ouverture d’une enquête parlementaire, ou que le procureur de la république s’autosaisisse de ce dossier, l’opinion national reste dans l’impatience et le flou total.

En somme,  selon nos informations, cette affaire pourrait être le début du désamour entre Guinéenews et espace FM, ne ce sens que Moussa moise journaliste à espace FM et auteur de l’enquête n’a pas du tout apprécié le dernier article de Guinéenews sur le sujet, et l’a fait remarquer dans les GG du lundi 17 septembre.

Sans vouloir arbitrer la partie,  la rédaction de Guinée Direct infos a tenté de révéler les différentes incohérences dans cette affaire, tout en espérant qu’un site décrocherait une interview avec le gouverneur afin d’apporter toute la lumière sur cette affaire.

Ce manque de communication et de clarté de la part de la Banque centrale ou de l’état, rendent perplexe des milliers de guinéens, et cela donne du pain béni aux colporteurs de spéculations. Car, vouloir ne pas bien communiquer, cela crée un vide, or, la nature a horreur du vide et cela pourrait coûter cher, voire très cher à la plus grande institution financière du pays.

 



Sonny CAMARA

Administrateur Général


Commentaires

http-guineedirectinfos-com