Discours du président Alpha Condé incitant à la violence : Un président de la république ne devrait pas dire cela…

1330

 Lors de sa dernière sortie devant les militants du Rpg-arc-en-ciel, le président de la république  a tenu des discours qui n’honorent pas sa personne si sa fonction. Des discours incitant à la violence les militants du Rpg-arc-en-ciel. C’est du jamais vu dans l’histoire politique récente de la Guinée.

 Alpha Condé, sans sa posture de militant a appelé les militants du Rpg-arc-en-ciel à se tenir prêts pour l’affrontement : « … je suis venu vous dire que je laisse mon manteau de président de côté. Je prends mon manteau de militant, car maintenant je suis prêt à la bataille contre ces gens… », «… Soyez prêts à l’affrontement… », «…Maintenant ce n’est pas le président qui sort mais c’est le militant… », «… Personne en Guinée ne m’empêchera d’aller devant le peuple pour lui demander ce qu’il veut… » « … Si c’est pour vous marcher sur les pieds, soyez prêts à marcher sur leurs pieds pour qu’ils sachent que vous n’avez peur de rien… » ;

A travers ce discours, le président de la république a violé les dispositifs constitutionnels en son article 35 et 38. Ces articles stipulent que :

Article 35 : « Le Président de la République est installé dans ses fonctions après avoir prêté serment devant la Cour Constitutionnelle, en ces termes :

M o i____________, Président de la République élu conformément aux lois, je jure devant le Peuple de Guinée et sur mon honneur de respecter et de faire respecter scrupuleusement les dispositions de la Constitution, des lois et des décisions de justice, de défendre les Institutions constitutionnelles, l’intégrité du territoire et l’indépendance nationale. En cas de parjure que je subisse les rigueurs de la loi ».

Article 38: « La charge de Président de la République est incompatible avec l’exercice de toute autre fonction publique ou privée, même élective. Il doit notamment cesser toutes responsabilités au sein d’un parti politique ».

Ainsi, l’on peut dire qu’à travers cette sortie, le président n’a pas respecté la constitution ni les dispositions de l’article 38, ce qui constitue un parjure (violation du serment). Par conséquent, il doit subir les rigueurs de la loi.

Par ailleurs, cette sortie a  provoqué de vives réactions  au sein de la société civile, des observateurs de la vie politique mais aussi des partis politiques. C’est pourquoi les forces sociales de Guinée ont tenu à condamner ces propos et ont demandé  la publication du bulletin de santé du Président de la République, Pr. Alpha Condé, pour juger de son aptitude de continuer à diriger le pays. A la fin de leur déclaration ils lancent un appel au peuple de Guinée.

« Les forces sociales de Guinée lancent un appel aux citoyens à se mettent en mouvement et à se tenir prêts pour le combat de la sauvegarde des acquis démocratiques chèrement conquis au prix du sang du peuple souverain de Guinée ».

Somme toute, le président de la république comme à son habitude a encore violé la loi, cette situation devient de plus en plus inquiétante en ce sens qu’il doit être le premier garant de la paix et de l’unité nationale. C’est en cela que le peuple lui rendra un hommage mérité le moment venu.

Déclaration des forces sociales



Sonny CAMARA

Administrateur Général


Commentaires

http-guineedirectinfos-com