Avec l’état actuel du fichier électoral, il serait suicidaire d’aller à un référendum. Dixit maître Traoré

1640

Depuis l’accession du président Alpha Condé au pourvoir en 2010, le pays a connu une série de crises qui a eu des conséquences lourdes pour le développement mais aussi l’enracinement de la démocratie dans notre pays. Pour  Maître Traoré l’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats, l’une des raisons de cette crise est l’état du fichier électoral et de la mauvaise gestion des élections:

En 2010, quatre mois s’étaient écoulés entre le premier et le second tour de l’élection présidentielle. C’était une première en Afrique. Cette anomalie électorale s’expliquait alors par la défiance du candidat arrivé en deuxième position vis-à-vis du fichier électoral, du découpage électoral et de l’organe de gestion de l’élection. À tort ou à raison, ce candidat estimait que le fichier électoral et la CENI d’alors étaient favorables à son adversaire. Il n’a daigné aller au second tour que lorsque des aménagements ont été apportés au processus notamment la création de nouveaux bureaux de vote. Et après l’élection et l’investiture du nouveau Président de la République, l’une des premières pommes de discorde entre le Pouvoir et l’Opposition a été la question de l’assainissement du fichier électoral. Le Président de la République qui a été sur la base de ce même fichier estimait- curieusement- qu’il n’était pas fiable et que les élections législatives ne pouvaient être tenues sans que ce problème ne soit réglé.

Ce blocage a entrainé un décalage de trois années entre la présidentielle et les législatives. Trois années marquées par des morts, des blessés et des destructions de biens publics et privés. On peut dire que c’est la véritable origine de toute la crise politique que l’on a connue par la suite dans notre pays avec une rupture totale de confiance entre pouvoir et opposition.

Ce petit rappel permet tout simplement de mettre l’accent sur l’importance et la place du fichier, du découpage électoral et l’organe de gestion des élections dans un processus électoral ou référendaire.

C’est pourquoi, il serait suicidaire d’aller à un référendum dans les conditions actuelles en dépit de l’insistance des partisans de la présidence à vie. On ne peut pas imposer aux autres ce qu’on a refusé il y a quelques années. Tout le monde reconnaît que le fichier actuel est plein d’imperfections Qui n’ont pas encore été corrigées. Il ne peut donc servir de base à un referendum crédible.

Ces quelques lignes, mettent en relief l’immense chantier qui attend la CENI pour l’organisation des élections libres et transparentes. La Guinée à quelques mois des échéances électorales importantes, l’assainissement du fichier électoral demeure primordial voire vital.



Horizon Guinée

Horizon Guinée, tout ce qui est information de qualité est notre


Commentaires

http-guineedirectinfos-com