Condé vient-il vendre son changement constitutionnel pour un 3ème mandat à Macron ?

1103

Alpha Condé a annoncé une rencontre avec Emmanuel Macron ce 15 août. Au programme de la discussion, le meurtre du ressortissant guinéen Mamoudou Barry et l’anniversaire du débarquement en Provence. Le sujet controversé du changement de Constitution et du 3ème mandat du Président guinéen devrait aussi être évoqué. Alpha Condé vient-il chercher l’assentiment du Président français sur ce projet ?

Alpha Condé et Alassane Ouattara assisteront aux côtés d’Emmanuel Macron aux commémorations du débarquement de Provence qui se dérouleront sur le site de la Nécropole nationale de Boulouris le 15 aout prochain. Aujourd’hui principal pays fournisseur de migrants illégaux vers l’Europe, fuyant la violence et la pauvreté, les Guinéens formèrent par le passé un contingent de soldats dont le rôle fut majeur dans la libération de la France. Officiellement c’est pour cela que la France accueillera Alpha Condé mais aussi pour évoquer le meurtre de Mamoudou Barry, ce jeune ressortissant guinéen victime d’un acte raciste fatal à Rouen. A la suite de cet acte barbare, le Président de Guinée a réagi en condamnant la haine ayant suscité pareille violence et en participant aux funérailles du défunt à Conakry. Pourtant, malgré ces mots de surface, le chef d’Etat n’a eu de cesse de fomenter les clivages ethniques en Guinée en stigmatisant notamment la communauté Peule dont est issu son principal adversaire politique, Cellou Dalein Diallo, mais aussi…Mamadou Barry.

Double discours d’Alpha Condé

Les Guinéens ont très souvent entendu leur dirigeant critiquer la France. En effet, Alpha Condé fait souvent référence à la souveraineté de la République de Guinée pour dissuader les démocraties occidentales de commenter la situation politique et économique du pays. Ainsi à l’occasion du 60ème anniversaire de l’Indépendance, le 2 octobre 2018, Alpha Condé déclarait « la France a tout fait pour que la Guinée ne se développe pas ». En 2017, après sa rencontre à l’Elysée, il soulignait la nécessité pour la France de traiter les pays africains comme des pays souverains et de laisser la population africaine choisir son mode de gouvernance quitte à offrir la possibilité aux leaders de faire 3 ou 4 mandats.

Au programme de cette rencontre ; la nouvelle Constitution pour obtenir un 3ème mandat ?

Alors que le Président Guinéen s’exprime souvent pour critiquer les positions supposément « néo-colonialistes » de la France et qu’elle ne devrait pas se mêler des affaires africaines, le timing de cette prochaine rencontre laisse supposer qu’Alpha Condé souhaite influencer la position de Macron sur son projet de nouvelle Constitution. Un paradoxe pour celui qui déclarait en octobre 2018 que « la jeunesse doit savoir comment la France a voulu anéantir la Guinée »… Cette recherche d’assentiment chez le Président français s’est aussi vue à travers une lettre datée du 19 juin 2019 envoyée à l’ensemble du corps diplomatique avec pour objectif de vendre cette nouvelle Constitution.

Celui qui était, dans sa jeunesse parisienne, un opposant farouche aux dictateurs et Présidents « à vie » qui sévissent sur le continent, semble avoir pris le pli : il ne veut pas partir. Le Gouvernement et le parti présidentiel veulent proposer un référendum constitutionnel d’ici la fin de l’année. Evidemment, l’ensemble de l’opposition et les acteurs de la société civile guinéenne réunis au sein du FNDC (Front National pour la Défense de la Constitution) sont mobilisés contre cette démarche. L’adoption d’une nouvelle Constitution permettrait en effet à Alpha Condé de se représenter, alors qu’il arrive au terme de son deuxième et dernier mandat réglementaire.

Les Etats-Unis critiquent, la Russie applaudit ; que fera la France ?

Il y a 3 jours, le Sous-Secrétaire d’Etat américain Tibor Nagy a, sur RFI, critiqué les changements constitutionnels motivés par la seule volonté de s’accrocher au pouvoir et d’obtenir des nouveaux mandats. Alors que la Russie avait, par la voix de son Ambassadeur désormais nommé à la tête de Rusal en Guinée (sic), soutenu le maintien de Condé, quelle sera la position d’Emmanuel Macron ? Difficile de comprendre ce qui justifierait un maintien au pouvoir d’un Président qui n’a pas su développer son pays, duquel les jeunes fuient en masse vers l’Europe, où la violence et l’instabilité augmentent chaque jour et où les libertés se restreignent.

Le FNDC Europe a d’ores et déjà appelé les membres des diasporas guinéennes en France et dans les pays limitrophes à la manifestation entre les 12 et 14 août pour dénoncer le projet de nouvelle constitution et donc de 3ème mandat d’Alpha Condé.

Source Club Mediapart : (Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction)



Horizon Guinée

Horizon Guinée, tout ce qui est information de qualité est notre


Commentaires

http-guineedirectinfos-com