Nigeria: Un homme violé par 3 filles, la police refuse d’arrêter ses violieuses

364

Sans faux fuyant, un homme d’origine Nigériane a raconté sur les réseaux sociaux comment il avait été abusé par trois filles pendant sa deuxième année d’université. Mais sa plainte n’avait pas eu de suite favorable. Car la police avait refusé d’arrêter ses violieuses.

“En deuxième année, j’ai été violé par 3 filles, elles se sont relayées sur moi. J’ai signalé l’affaire, mais personne ne m’a pris au sérieux, même la police a refusé de procéder à une arrestation, mes gars ont pensé différemment. Cet incident a refusé de s’effacer de ma mémoire, chaque 10 novembre me rappelle ce jour fatidique”, a-t-il tweeté.

“En lisant les commentaires, vous verrez pourquoi la société ne prendra jamais les hommes violés au sérieux. Le policier à qui je me suis plaint m’a dit : “‘Jeune homme, rentre chez toi, n’es-tu pas un homme et ne dis pas aux gens qu’une fille t’a violé, personne ne te respectera”. « J’avais 21 ans quand c’est arrivé. Une des filles était ma compagne de cours et nous étions vraiment très proches, même si je savais qu’elle était ce genre de fille folle. Avant ce jour fatidique, je n’avais eu des rapports sexuels que deux fois. J’étais vierge jusqu’à mon admission à l’université. C’est à l’université que j’ai rencontré ma copine et nous avons eu des relations sexuelles le deuxième semestre.

Cette fille appelée Rose était ma meilleure amie dans la classe, alors un jour, elle m’a invité chez elle. En y arrivant, j’ai rencontré deux autres filles du même âge qu’elle. On m’a dit que l’une d’entre elles fêtait son anniversaire, alors elle organise une petite fête. Je lui ai souhaité un joyeux anniversaire, j’ai pris un verre et nous avons tous vibré. Il y avait tellement de choses à manger et à boire. J’étais vraiment en état d’ébriété mais j’avais toujours mes sens lucides.

C’est à ce moment-là que j’ai remarqué qu’elles s’embrassaient, alors je me suis levé pour partir mais je n’ai pas pu. Rose m’a traîné en arrière. J’étais faible, Rose et une des autres filles me tenaient par la main. Je l’ai suppliée de ne pas faire ça, mais ça n’a pas marché. J’ai eu le sentiment que les filles ont ajouté de la marijuana au riz Jollof que j’ai mangé, ce qui m’a affaibli”. Une histoire rapportée par le site leral.

Source: First Magazine.net



Horizon Guinée

Horizon Guinée, tout ce qui est information de qualité est notre


Commentaires

http-guineedirectinfos-com